© 2018 Auteurs dans l'Espace Public.

  • Black Facebook Icon
  • Noir Vimeo Icône

FABRICE GUILLOT

Né dans l'escalade, il nous fait part de son parcours de danse verticale à travers les appuis précis du grimpeur, son rapport à la matière, à son environnement, comment à la manière d'habiter un lieu, une façade, un rocher, il dessine la poésie d'un espace.

Il partage ce texte de Roberto Juarroz, décisif pour lui : 

La poésie est un saut

 

« La poésie est un saut de la raison puis-qu’avec elle surgit l’idée d’une autre logique, d’un autre appareillage dans la recherche d’un sens. Ce point d’intersection entre poésie, possible et impossible révèle que ce saut est le risque suprême, et le suprême abandon. J’ai exprimé cette idée dans un poème :

Tout saut revient à prendre appui.

Mais est possible en quelque lieu

Un saut comme un incendie,

Un saut qui consume l’espace

Ou il devrait s’achever.

J’ai atteint mes insécurités définitives.

Ici commence le territoire

Où l’on peut brûler toutes les limites

Et créer l’abîme lui-même,

Pour disparaître en son tréfonds.

Nous pourrions dire, si nous pensons au sens réel du poème, que la logique courante tient pour impossible un saut qui puisse perdurer en tant que saut. Une telle éventualité implique une conversion de l’homme. Il doit accéder à une sorte d’incendie de lui-même, à une consumation où le saut puisse déjà rester un saut et ne puisse pas déjà s’achever. »

« La poésie veut ajuster l’impossible aux dimensions de l’homme. Un autre de mes textes présente la poésie comme un saut au-delà, le saut qui nous rend possibles. La poésie ne serait-elle pas dès lors l’impossible verbal qui fait que nous soyons possibles ? »

« Voyons maintenant les rapports entre la poésie et l’idée du vide. Comment associer ce que nous entendons par vide, abîme et espace. Notre notion de l’espace, par exemple, implique-t-elle celle d’un espace vide ou d’un espace non vide ?

Il me vient à l’esprit qu’un des mobiles de la poésie, l’une des nécessités de son existence, c’est de jeter l’homme dans l’abîme pour le sauver du vide. »

Extraits de Roberto Juarroz, Poésie et Création, éditions Unes